L’Histoire de la ville d’Abidjan

La côte des bonnes gens, c’est ainsi que les anciens navigateurs avaient encore nommé Eburnuéa, la côte des dents, nom qui évoque l’ivoire des défenses d’éléphants, au pays du golfe de guinée parmi les autres.

Mais loin de tourner le dos à la mer, les bonnes gens ont su accepter toutes les opportunités et attirer les commerçants européens en quête d’épices, d’ivoire et de poudre d’or, ce faisant, ils se sont ouverts aux grands horizons maritimes qui ont permis à leurs pays de devenir ce qu’il est aujourd’hui: une jeune nation en plein développement, connue du monde entier, fer de lance d’une région en profonde mutation économique et sociale.

Abidjan, première grande ville du pays symbolise tout à la fois, ce passé, ce présent, ainsi que les ambitions de l’avenir national ivoirien.

Appellation Abidjan
La légende ébrié dit qu’un explorateur français en perdition dans la forêt, rencontre non loin d’un petit village de pêcheurs, un Africain chargé de branchages feuillus destinés à la réfection de sa case et lui demande la raison de sa présence en ces lieux. Ne comprenant pas la langue de cet homme blanc, le brave homme un peu craintif lui répondit “MIN TCHAN ABI DJAN”, littéralement en langue ébrié, “Je viens de couper des feuilles”.

Mais, “MIN TCHAN ABI DJAN” parut rébarbatif à l’explorateur, qui nota sur son carnet: “Le petit village de pêcheurs s’appelle ABIDJAN”.

Abidjan, chef lieu
C’est par décret du 18 Août 1933 que le chef-Lieu de la colonie de Côte d’Ivoire est transféré de Bingerville à Abidjan le 1er Juillet 1934. Le premier Gouverneur, Monsieur RESTE s’y installe.

La construction du wharf et du port qui permet aux trains de marchandises de charger ou de décharger à Port-Bouët fait déjà d’Abidjan, 22.000 habitants, la capitale économique et administrative du pays.

En 1927, le projet du canal quelque peu abandonné reprend. Il est étudié à DELF en Hollande sur modèle réduit et suffisamment éloigné du “trou sans fond” pour éviter que les ouvrages ne soient encore aspirés par lui; mais suffisamment proche pour que le sable qui chemine le long du littoral y soit projeté par le courant.
En septembre 1936, les travaux sont adjugés mais interrompus par la guerre. Ils reprennent en 1947 et en Juillet 1950 le canal de Vridi est ouvert au trafic. Le port le sera 1er janvier 1951, inauguré en présence du Ministre des colonies de l’époque, François MITTERRAND.
L’essor d’Abidjan à partir de l’ouverture du canal, l’installation du port et la construction de la voie ferrée Abidjan-Niger qui avait commencé en 1902 activent le développement prodigieux de la ville.

Des maisons de commerce de renom y installent leurs sièges, ainsi que leurs succursales: CEAO, CFCI, etc… Les transports jusqu’alors axés sur bassam se concentrent sur Abidjan.
La Côte d’Ivoire vient de gagner son pari pour entrer dans la phase décisive de son développement grâce à son port.
Par sa croissance qui s’accélère d’année en année, Abidjan est devenue le pôle d’attraction pour les ressortissants des pays limitrophes et d’autres pays qui s’y installent: vendeurs de pacotille et bijoutiers du Sénégal, Pêcheurs originaires du Benin, du Togo ou du Ghana, Commerçants du Nigeria, de Mauritanie, du lointain liban.

L’essor d’Abidjan est à l’image du dynamisme de l’économie et de la vision réaliste et pragmatique des dirigeants de la côte d’Ivoire et de son Chef vénéré, le président Félix HOUPHOUET-BOIGNY.

La communalisation d’Abidjan
Autrefois administrée par un administrateur des colonies, assisté de notabilités désignées, Abidjan est érigée en commune de plein exercice par décret du 18 Novembre 1956. Son Conseil Municipal élu le 18 Novembre 1956, comprenait trente sept (37) membres.

Le premier Maire élu d’Abidjan fut le Premier Ministre du gouvernement issu de la Loi-Cadre, le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, assisté de six (6) adjoints:
– Messieurs Antoine FILIDORI, industriel;
– Jean DELAFOSSE, ministre d’Etat
– jean PORQUET, Industriel,
– Albert PARAISO, membre du Cabinet du Premier ministre,
– FONNIER, Entrepreneur,
– Antoine KONAN KANGA, secrétaire d’Etat aux Finances.

Pris par ses lourdes responsabilités, le premier ministre délégua les fonctions de Maire de la Ville d’Abidjan, à Monsieur Antoine FILIDORI, premier Adjoint. Monsieur Jean PORQUET devenait à son tour, Maire d’Abidjan, après le départ de Monsieur FILIDORI.

Monsieur Antoine KONAN KANGA, Secrétaire d’Etat aux Finances est nommé Maire d’Abidjan, après le départ de Monsieur Jean PORQUET. Il avait pour adjoint, les Députés KOUISSON KELETIGUI et ATTOUMGBRE Joseph, et des délégués dans les quartiers:
Adjamé, le Député Joseph ATTOUGBRE;
Treichville le Député KOUASSI Lenoir;
Cocody, Monsieur Etienne Mobio;
Koumassi, Port-Bouët, monsieur OUEDRAOGO Boniface. Mais la loi n°78-07 du 19 Janvier 1978 a institué sur le territoire de la république de côte d’Ivoire, trente-sept (37) Communes de plein exercice et les premières élections municipales eurent lieu le 30 Novembre 1980 selon la loi N°80-1180 du 17 octobre 1980.
Monsieur Emmanuel Joseph DIOULO, Député, Secrétaire Général du plateau est élu Maire d’Abidjan

Boutique
Notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez des offres exclusives de première minute directement dans votre boîte de réception.

    Rendez-nous visite sur les réseaux sociaux

    Rendez-nous visite sur les réseaux sociaux

    Close

    Abidjan

      Remplissez le formulaire pour réserver le Tour. les champs requis sont indiqués *



      Translate »